photo de Sylvie Courtine-Denamy

Sylvie Courtine-Denamy

Docteur en Philosophie
Chercheur associé au CEVIPOF
(Centre de recherches politiques de Sciences Po)
et à l'Eric Voegelin Society,
Membre associé à l'ITEM

Champs de recherche:

  • Philosophie contemporaine
  • Judaïsme moderne
  • Traductrice (membre associé à l'équipe "Multilinguisme, Traduction, Création" de l'ITEM)

Cursus universitaire :

Sylvie Courtine-Denamy a eu la chance de faire ses études de philosophie à la Faculté de Nanterre dans un premier temps, sous la houlette des grands maîtres de l’époque : Emmanuel Levinas, Paul Ricoeur, Jean-François Lyotard, Louis Marin. Elle a tiré grand profit des cours de Jean Beaufret dans la khâgne de Condorcet en qualité d’auditrice libre. Très attirée par l’histoire, elle a entamé des études de Sciences Politiques dans la section Relations Internationales. Elle a ensuite rejoint l’Université de Paris IV où elle a soutenu une thèse sur Les concepts de “Mitleid” et de “Scham” chez Nietzsche sous la direction de M. le Professeur Henri Birault. .

Activités d’enseignement :

Sylvie Courtine-Denamy a enseigné de nombreuses années la philosophie dans les classes Terminales des lycées avant d’enseigner les « Humanités » dans les grandes écoles supérieures (ENS P et T, CNAM, ESCAE, Essec). Libérée de toute contrainte, elle savoure actuellement les joies de la recherche libre.

Recherche :

Spécialiste d’Hannah Arendt qu’elle a d’abord commencé à traduire, elle a consacré plusieurs ouvrages à cette philosophe politique. Très concernée par les problèmes d’identité et de mémoire (La Maison de Jacob, Phébus, 2001, préfacé par Julia Kristeva, a obtenu le Prix Alberto Benveniste de la Création en 2002), elle vient de publier un récit adressé à son petit-fils Écoute Nathan. Promenade en Eretz Israel (L’Harmattan, 2009). Elle s’intéresse prioritairement aux penseurs juifs contemporains, dont notamment: Hans Jonas, Emmanuel Levinas, Leo Strauss, Simone Weil. Très attirée par l’art contemporain pour lequel elle a beaucoup œuvré dans une vie antérieure, elle a tiré le bilan de cette expérience, couplée avec la philosophie, dans son livre Le Visage en question. De l’image à l’éthique (La Différence, 2004). Concernée par le plurilinguisme et traductrice de l’anglais et de l’allemand (20 livres traduits à ce jour), la pensée politique d’Eric Voegelin, dont elle a traduit cinq ouvrages en français, la retient depuis plusieurs années.

Publications :

Son dernier livre de philosophie publié à l’occasion du Centenaire de la naissance de Simone Weil s’intitule Simone Weil. La quête de racines célestes (Cerf, 2009).
Ses précédents livres ont été traduits aux États-Unis, en Angleterre, en Espagne et en Amérique latine, au Portugal, en Chine, au Japon et en Pologne.

Liens :